vendredi 22 novembre 2013

Stage de calligraphie Japonaise, « Calligraphier les thèmes d’automne », septembre 2013




Calligraphier les thèmes d’automne


d’après le Recueil de poèmes japonais et chinois à réciter


和漢朗詠集, Wakanrôeishû

 


Pour accueillir l’équinoxe d’automne, nous avons calligraphié les 21 et 22 septembre 2013 des poèmes sur le thème de la lune (Tsuki, ) extraits du Recueil de poèmes japonais et chinois à réciter, Wakanrôeishû. Le chapitre sur « La lune » présente une sélection de poèmes chinois (composés d’idéogrammes calligraphiés dans plusieurs styles) et de poèmes japonais (calligraphiés en syllabaire japonais, Kana) que nous avons calligraphiés en adoptant la composition en colonnes du manuscrit pris en référence, le Detchôbon Wakanrôeishû dont la calligraphie est attribuée à Fujiwara no Kôzei.


Nous présenterons ci-dessous une sélection des calligraphies réalisées par Claire Seika au cours du stage.


Poème japonais composé sur le thème de « La nuit de pleine lune du huitième mois » d’après une peinture sur paravent.

Lecture :
Mizunoomoni
Terutsukinamiwo
Kazofureba
Koyohizoakino
Monakanarikeru

Traduction :
« Si l’on compte
Le nombre de lunes
Se reflétant à la surface de l’eau
Cette nuit est bien celle
Du milieu de l’automne »

Wakanrôeishû, 251.
Titre de chapitre
Tsuki
« La lune »

Poème chinois
Traduction :
« Qui depuis longtemps garde la frontière de la province de Rôgai ?
En quel lieu se sépare-t-il à nouveau devant le jardin ? »
Hakukyoi, Wakanrôeishû, 252.

Poème chinois
Traduction :
« À l’automne, l’eau afflue dans les rivières et les bateux s’éloignent plus vite.
La nuit, les nuages disparaissent et la lune passe plus lentement (dans le ciel) ».
Yatenei, Wakanrôeishû, 253.




Poème japonais composé sur le thème de « La nuit de pleine lune du huitième mois » d’après une peinture sur paravent.

Lecture :
Mizunoomoni
Terutsukinamiwo
Kazofureba
Koyohizoakino
Monakanarikeru

Traduction :
« Si l’on compte
Le nombre de lunes
Se reflétant à la surface de l’eau
Cette nuit est bien celle
Du milieu de l’automne »
Wakanrôeishû, 251.



Poème chinois
Traduction :
« Qui depuis longtemps garde la frontière de la province de Rôgai ?
En quel lieu se sépare-t-il à nouveau devant le jardin ? »
Hakukyoi, Wakanrôeishû, 252.



Poème chinois
Traduction :
« À l’automne, l’eau afflue dans les rivières et les bateux s’éloignent plus vite.
La nuit, les nuages disparaissent et la lune passe plus lentement (dans le ciel) ».
Yatenei, Wakanrôeishû, 253.



Poème japonais
Lecture :
Amanohara
Furisakemireba
Kasuganaru
Mikasanoyamani
Ideshitsukikamo

Traduction :
« Si je regarde
Le ciel vers l’est au loin
Verrai-je se lever la lune
Sur la montagne de Mikasa
À Kasuga ? »
Abenonakamarô, Wakanrôeishû, 258.

Poème japonais
Lecture :
Shirakumoni
Haneuchikawashi
Tobukarino
Kagesahemiyuru
Akinoyonotsuki 

Traduction :
« Entre les blancs nuages
En battant des ailes
Volent les oies sauvages
Et l’on aperçoit leur reflet
En cette nuit de lune d’automne »
Wakanrôeishû, 259.






dimanche 17 novembre 2013

Stage Tatsumi-ryû, Yawara (automne 2013)



  立身流

Stage Tatsumi-ryû (automne 2013)

Yawara